Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

THÉÂTRE DE MARIONNETTES

Depuis 30 ans déjà, je pratique le théâtre de marionnettes (et non du théâtre avec des marionnettes. Un jour peut-être j'expliciterai cette distinction.)

 

 

"ENTOURLOUPE DANS L'OPOPANAX" de Cirrus Poivre

 

marionnettes et décors : Frédéric Brochec

Musique : François Ripiero

nezvrose2.jpg

Oyez, ô braves gens

Oyez là mon histoire

Surveillez votre nez

Tout peut bien arriver

 

Mademoiselle Nezphrite

Court après deux galants

Nezgoce ou Nezgatif

Lequel sera gagnant ?

 

 Voyez petits et grands

Voyez là mon histoire

 Surveillez votre nez

Tout peut lui arriver

 

 Du Royaume denezpoléon2 NezFrance

À celui de NezVarre

Le pays entre en transe

Commence le grand chambard!

 

 Humez, ô brave gens

Humez là mon histoire

Surveillez votre nez

On peut vous le voler...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

« ŒDIPE-ROI, d’après une idée de Sophocle, Sénèque et Cætera »

adaptation & musique : Cirrus Poivre

scénographie et jeu : Éric Poirier

mise en scène : Ivan Romeuf

assistante : Laurence Calabrese

sculptures et décors : Georges Mosca

lumières : Jean-Philippe Bocquet

création en 1998

La tragédie.

  appolosmall

 

 

  Ma volonté est de raconter cette histoire avec tout le sérieux requis par la crédibilité et le respect d’Œdipe-Roi, tout en gardant la distance de l’humour, puisque l’humour est la politesse du désespoir.
La marionnette: un pied de nez possible et éternel face aux événements qui nous
dépassent.
Une table aux formes étranges est le monde ou simplement la cité de Thèbes :
Le proscenium sableux sur lequel brûlent les cadavres de Thèbes, le Palais du roi Œdipe, l’antre du Sphinx, dépositaire de la vengeance divine et de sa mystérieuse énigme, la route de Delphes, si funeste pour Laïos et son fils.
Le manipulateur qui joue à être Apollon, à moins qu’il ne se prenne vraiment pour le dieu, et mène cette tragédie jusqu’à l’ultime vérité, celle qui aveugle, avec une joie sadique, rognant les ailes d’Œdipe qui tente d’accéder au libre arbitre.

Nous sommes Dieu, nous nous croyons Dieu, pauvres choses, nous avons l’espoir de créer, nous avons le désir de faire et de partager ce savoir, nous souhaitons avoir en face les mêmes enfants que nous sommes. Clones enfin justifiés de notre joie.
Dans cet Œdipe, la marionnette est le Destin, le bout de bois est le héros.
Le bout de bois-héros comme marionnettiste-Destin-Apollon se retrouvent dans le rôle de pitre, et non dans un costume de héros. Nous donnerons donc à voir une situation tragique manipulée par un pitre.
Ivan Romeuf

 

« L’histoire d’Œdipe est très complexe » Gaspar Freud, in Mon oncle, Sa vie, Mon œuvre. Lacan éd. 19

À travers la presse:
« Une petite leçon d'irrespect menée rondo à l'attention des amoureux de la tragédie grecque. »
Christelle T., La Provence, vendredi 23 janvier 98
“Œdipe, voilà un homme, un vrai, un héros qui n’a pas froid aux yeux.”
in Thèbes Libérée, 15/03/421 a.c.

"Œdipe-Roi, une création Woody Allen..."  Valérie Entressangle, Taktik,21 janvier 98

“Mieux vaut voir ça que d’être aveugle.”  in Le regard d’Œdipe, Ray Charles.

 

« Côté création, la plus spectaculaire est sans doute un Œdipe-roi monté avec des marionnettes en bois. Idée originale d'Éric Poirier : dans la tragédie grecque, les destins sont manipulés par des dieux farceurs mais vindicatifs comme les marionnettes le sont par un acteur hâbleur mais attentif. » Ségolène Barbé, La Marseillaise, janvier 98

 

 

 

pour les bars, petites salles ou la rue :

 

« LES PLAIDEURS » qui n’est pas la pièce de Racine mais de l’arbre entier, d’après un texte anonyme du XIXème Siècle.

Décors et Marionnettes : Georges Mosca ;

Lumières : Jean-Luc Martinez ;

Musiques : Cirrus Poivre.

Spectacle de marionnettes à gaine dans la tradition du guignol.

plaideursmall.jpg

 

Mais il faut jouer vaille que vaille l’histoire de ces deux avocats véreux qui sont prêts à tout, même à faire pendre des innocents du moment que cela rapporte. Leur morale est celle du ventre : la faim justifie les moyens et un mauvais procès est toujours mieux qu’une bonne entente !
Le Juge (‘Pendez-les tous !’) rend une justice sereine aidé par le fidèle Gendarme et de sa potence.
Les arguments et les plaidoiries sont frappants voire contondants.
Pierrot et sa voisine Ju
lie auront fort à faire pour survivre à leur pendaison.plaideursmall1.jpg